la Commission présente des mesures en vue du passage au numérique de l’industrie européenne.

Bruxelles, le 19 avril 2016 : « La révolution industrielle de notre époque est numérique. » a déclaré Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique du numérique.

 

Dans le cadre de sa stratégie pour la création d’un marché unique du numérique, la Commission Européenne a annoncé une série de mesures visant à aider l’industrie Européenne à tirer le meilleur parti des nouvelles technologies.

Objectifs : soutenir et relier les initiatives nationales favorisant le passage au numérique de l’industrie et des services connexes, stimuler l’investissement au moyen de partenariats et réseaux stratégiques, accélérer l’élaboration de normes communes dans les domaines prioritaires tels que les réseaux de communication 5G ou la cybersécurité et moderniser les services publics.

« L’Europe dispose d’une base industrielle très compétitive et occupe la première place au niveau mondial dans des secteurs importants. Mais pour qu’elle puisse maintenir son rôle de leader, il faut que son secteur industriel passe au numérique de manière rapide et avec succès. Nos propositions visent à faire en sorte que cela soit possible. » a annoncé Günther H. Oettinger, commissaire européen pour l’économie et la société numériques.

Dans ce cadre, un nuage européen sera mis en place par la commission, permettant au 1.7 million de chercheurs et aux 70 millions de professionnels dans le secteur scientifique et technologique de l’UE, d’avoir un environnement virtuel où ils pourront stocker, gérer, analyser et réutiliser une énorme quantité de données issues de la recherche.

Le passage de l’industrie au numérique

Plusieurs États membres de l’UE ont déjà mis en place des stratégies encourageant l’industrie à passer au numérique. Mais une approche globale au niveau européen est nécessaire afin d’éviter la fragmentation des marchés et de tirer profit des évolutions numériques telles que l’internet des objets. Dans le cadre de cette approche, la Commission entend :
• contribuer à la coordination des initiatives nationales et régionales relatives au passage des entreprises au numérique
• cibler les investissements dans des partenariats public-privé européens
• investir 500 millions d’euros dans un réseau paneuropéen de « plateformes d’innovation numérique » (centres d’excellence technologique)
• mettre en place des projets pilotes à grande échelle afin de renforcer l’internet des objets et les technologies de fabrication avancées
• adopter une législation à l’épreuve du temps
• présenter une stratégie de l’UE relative aux compétences qui permettra aux citoyens d’acquérir les compétences nécessaires pour les emplois de l’ère numérique.

Normes prioritaires pour dynamiser l’innovation numérique

L’élaboration de normes sera nécessaire pour permettre aux milliards de dispositifs connectés de communiquer de manière sûre et sans discontinuité, quels que soit leur fabricant, leurs détails techniques ou leur pays d’origine. La Commission propose de mettre l’accent sur 5 domaines prioritaires pour l’élaboration de normes : la 5G, l’informatique en nuage, l’internet des objets, les technologies des données et la cybersécurité.
L’UE prévoit de soutenir la participation d’experts européens à l’élaboration de décisions dans le domaine de la normalisation internationale.

Services publics numériques

Le plan d’action présenté pour l’administration en ligne permettra de moderniser les services publics numériques. La Commission a présenté 20 mesures qui seront lancées d’ici à la fin 2017, comme par exemple la création d’un portail numérique unique qui permettra aux utilisateurs d’obtenir toutes les informations dont ils ont besoin pour exercer leurs activités au-delà des frontières.